Nouvelles

… avec quelques extraits.

Jehan Jonas écrivit plus d’une cinquantaine de nouvelles, vrai régal donné à son imaginaire .
La plupart furent l’objet de diffusion sur les ondes de la Radio Suisse Romande au cours des années 1975 et 1976 .

des3homs

sunListe des nouvelles

Le Dernier Train du Soir
Une Matinée Bien Ordinaire
Les Yeux de la Tete
Une Rue Très « Comme Il Faut »
L’Hotel De Matmata
D’Esprit Et De Corps
La Soirée De Monsieur Chottereau
Une Tete De Coupable
Trois Jours D’Une Vie
Le Téléphone De Monsieur Mascarin
Les Doigts Sur Le Flipper
Le Voyage De Roland Favet
Le Carré D’Orties
Le Clown Qui Ne Se Rencontrait Jamais
Le Poème Qui Ne Finissait
Le Billet Pour Vintimille
Le Mariage De Lionnel Courtepaille
Les Noces Du Temps
L’Escopendre
Ernestine

Faute Professionnelle
A Corps Perdu
Le Diable A Trois Tetes
L’ Enfant Prodige
Et S’Il Etait Vraiment Trop Tard ?
Le Chandelier A Cinq Branches
La Légende De Chitinahua
La Route De Berneville
La Gueule De Carton-Pate
Monsieur Stocklone Rentre Chez Lui
Une Magnifique Innocence
Tragédie Antique
Voyage Au Fond D’Une Ame
Sous L’Oeil De Louis Quatorze
Le Silence Brisé
Paysage
Les Deux Roses Rouges De Monsieur Doutremont
La Vie De Benjamin Lutterfa
Par Dessus Les Troennes
La Porte Mérovingienne
Les Deux Soleils
Un Amour de Fleurs
L’Incident
Trois Sous De Jugeotte
Le Lapin Jaune et Vert
Le Loup

La Première Consultation
Comment Demeurer Fils Unique
La Boutique D’Antioche


sunExtraits des nouvelles

titre2nouv

« …Le docteur ôta ses lunettes et fixa longuement Monsieur Courtenave comme seuls savent le faire les médecins, avec ce je-ne-sais-quoi de franchise ostensible qui se veut rassurante et qui ne l’est jamais  Monsieur Courtenave n’avait pas consulté d’homme de l’art depuis plus de quarante ans! Tenez : ça devait remonter à l’époque des visites médicales obligatoires de l’école primaire. Monsieur Courtenave s’enorgueillissait d’ailleurs volontiers de n’être jamais malade. Un vrai chêne, disait-il, et la hache qui m’abattra, n’est pas encore forgée! D’ailleurs, s’il était là, aujourd’hui en face du docteur silencieux, ça n’était pas à la suite d’une maladie, ni même d’un malaise. Non, simplement sa femme, aidée de ses amis, avait réussi à le convaincre qu’il arrivait à cet âge où il n’était pas superflu, de temps à autre, de consulter un médecin pour acquérir la certitude que tout va bien et qu’aucune attaque de la maladie n’est à redouter. Ils avaient appuyer leurs multiples démonstrations de lieux communs du genre »


titre1nouv


« …Benjamin Bellavoine était fils unique, du moins au début. Par la suite, les années passant, l’amour indéfectible de ses parents l’affubla d’une sœur, puis d’un petit frère, enfin d’une seconde sœur, faisant de lui un fils toujours intéressant, mais beaucoup moins unique ; ce à quoi il lui fallut remédier en hâte, tenant par dessus tout à conserver les privilèges acquis au long des dix années d’une enfance appliquée et raisonnable qui faisait de lui la fierté de ses parents… »

titre3nouv

« D’Istanbul, et même de la Turquie toute entière, Antioche Bellegrave ne connaissait que le marché couvert. Et encore, du fantastique marché, ne connaissait-il que son échoppe et les quelques autres qui l’entouraient. Il est bien connu que les Français (et Antioche Bellegrave était français) ne savent rien du lieu où ils vivent. Quel Parisien est déjà monté à la tour Eiffel? A Nôtre – Dame? Au Sacré – Cœur? Quel Parisien est allé, au moins une fois dans son existence, visiter le Louvres ou le Palais de la Découverte? Ainsi, Antioche Bellegrave, de la même façon qu’il n’était allé dans aucun des monuments qui fleurissent Paris, ne connaissait rien de la Mosquée Bleue ou de Sainte Sophie, de l’Ile aux Princes ou de la Corne d’Or. »

Retour haut de page